Partagez | 
 

 MANNY ► I eat chease, but only on pizza, please

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: MANNY ► I eat chease, but only on pizza, please    Lun 25 Juil - 10:02

Emma Leny Cartwright alias Manny


Date de naissance : 13 juillet 1986
Emploi : Illustratrice pour enfants
Copyright : silly love

Groupe : Quand on est arrivé pour visiter un appartement, Mme Savari nous a tout de suite enmenés au 3ème étage. Elle disait que c'était le palier parfait pour un jeune couple amoureux. Que c'était l'étage de l'amour.

'Cause we want to know You !






Doucement, la pointe de mon crayon crissait sur la page blanche, posée devant moi depuis plusieurs heures. L’inspiration me manquait, l’ennui me gagnait. Je soupirais, lassée de cette situation. Moi qui avait juré, il y a des années, pourvoir supporter les longues absences de l’homme que j’aimais, je devais aujourd’hui me rendre à l’évidence : je n’en pouvais plus. Il manquait, tout le temps, jour et nuit, et j’avais beau essayer de m’acharner au travail, rien n’y faisait. Un simple coup d’œil lancé à la petite pendule posée sur le bureau m’indiqua que son avion allait se poser d’ici quelques minutes. Mais il lui faudrait encore une heure de voiture pour rentrer enfin à la maison, après six semaines d’absence. Voyage d’affaire par ci, voyage d’affaire par là… J’ignorais combien de temps est-ce que William resterait ici. Une semaine ? Deux peut-être ? Et puis il repartirait, me laissant une nouvelle fois seule dans cet appartement bien trop grand pour moi. Pourtant, il y a deux ans, lorsque je lui avais dit Oui, j’étais certaine qu’il me comblerait. Que j’aurais une vie merveilleuse, auprès du meilleur mari dont on pouvait rêver. Que toutes les femmes m’envieraient. J’étais certaine d’être heureuse. Ma mère était si ravie, j’avais trouvé l’homme parfait : beau, gentil, intelligent et riche. Oui c’est sûr, vu comme ça, mon mari n’avait pas beaucoup de défaut… et à l’époque, je n’en voyais aucun. Aujourd’hui pourtant, je pouvais ajouter un adjectif à la liste : beau, gentil, intelligent, riche, oui, certes…. Mais surtout absent.

Je fini par lâcher mon crayon et pivota ma chaise à roulette, observant alors l’appartement. Il était rangé et propre… Ouais j’étais une parfaite petite femme, qui prenait soin de ses affaires, et peaufinait son petit intérieur à l’arrivée de son homme. C’était ça, quand on travaillait à la maison, on avait pas mal de temps pour faire le ménage… on avait du temps pour s’ennuyer. Je me levai, flânant dans le salon, effleurant du bout des doigts les photographies d’un couple heureux et amoureux, accroché au mur. Et sans que je ne m’en rende compte le temps fila. J’entendis alors une portière claquer, des pas dans l’escalier, puisque l’ascenseur était toujours en panne et enfin, la porte s’ouvrit. Il était là. Enfin là, pour de bon. Je me précipitais à lui, ne lui laissant même pas le temps de déposer sa valise. « Bonjour princesse.. » murmura-t-il au creux de mon oreille, ce qui me fit frissonner aussitôt. « Tu m’as tellement manqué… » me contentais-je de répondre, prenant alors une voix de petite fille triste. Doucement, il déposa ses lèvres sur les miennes, laissa tomber au sol son sac de voyage et me poussa jusqu’au mur. Son baiser se voulait passionné, tendre et amoureux. En quelques secondes, j’avais oublié les reproches que j’étais prête à lui faire.




« Non, je ne peux pas... » Je parvenais difficilement à articuler, les lèvres de Sam étaient collées aux miennes. Je m’étais soudainement raidie, alors que le visage de Will m’était arrivé en pleine tête. Qu’est-ce que je faisais ? Pourquoi ? Très vite, Sam fronça les sourcils, ne comprenand pas pourquoi est-ce que je stoppais soudainement notre baiser. Il se voulait fougueux, ses bras m’enveloppaient comme une caresse. Il me plaisait, peut-être même plus, je ne pouvais dire le contraire. Mais j’étais mariée à William et un éclair de conscience venait subitement de me percuter. « J’en ai envie, bien sûr… mais… » Il fronçait les sourcils, son regard plongé dans le mien. Il m’était difficile de le soutenir. Je me sentais idiote, totalement idiote. Je remontais ma main, affichant mon alliance devant lui. Evidemment, il était au courant, il l’avait toujours été, mais cela ne l’avait pas empêché de me séduire. Pour lui, c’était loin d’être un problème. Et puis étant donné que William était toujours absent, je n’avais pas mis longtemps à tomber sous son charme. Quelque chose chez lui m’attirait comme un aimant. Il était à la fois mystérieux et sans surprises, doux et sauvage. Dans ses bras, je me sentais défaillir, mais je me sentais aussi coupable de ne pas tenir ma promesse à William. Je lui avais promis mainte et mainte fois qu’il serait le seul à avoir mon cœur, et depuis quelques temps, je sentais se dernier s’emballer dès que Sam était dans les parages. Il fallait que je fasse quelque chose. « Je suis désolée Sam... Je ne suis pas ce genre de femmes… » Murmurais-je de nouveau, essayant de me justifier, mais cela n’apaisait en rien ma conscience. Sam fronça une nouvelle fois les sourcils. « Ce genre de femmes… ? » demanda-t-il sans comprendre ce que je voulais dire. Il était toujours proche de moi, je pouvais sentir son souffle sur ma joue. C’était perturbant. Trop perturbant mais, coincée entre la porte de mon appartement et lui, je ne pouvais me reculer d’avantage. « Oui, celles qui trompent leurs maris. » La gorge nouée, j’avais enfin osé prononcer le mot. Tromper. C’était bel et bien ce que je faisais depuis quelques temps. Je trompais William avec Sam. Même si nous n’avions rien fait d’autre que nous embrasser, je le trompais quand même. Et j’avais beau culpabiliser, je ne pouvais m’en empêcher. C’était plus fort que moi, Sam était irrésistible. « Quitte-le dans ce cas. » répondit-il. Je soupirais. Cela semblait si simple pour lui. Si facile. Mais ce n’était pas le cas. Il ne comprenait pas dans quelle situation je me trouvais. Partagée entre deux hommes… deux hommes que j’aimais. Car même si je ne parvenais pas à l’avouer ouvertement, je sentais que peu à peu, je tombais amoureuse de Sam, sans pour autant que mon amour pour William s’affaiblisse. « Tu ne comprends pas, c'est compliqué. - Il n'y a rien de compliqué pourtant... - Si...» Je tentais de résister, de lui tenir tête, enfin. Même si cela m’arrachait cœur. Il essaya de m’embrasser mais mes mains posées sur son torse le repoussèrent et il du faire quelques pas en arrière pour ne pas basculer. « Je l'aime, arrête ! » m’exclamais-je alors sans réfléchir. Cette fois-ci, ses sourcils ne se froncèrent pas, mais je vis son visage blêmir quelque peu. Il ne tenta plus rien, se contenta de me regarder quelques secondes, avant de marmonner un simple « Ok » et de dévaler les escalier. Je fermais les yeux et laissa rouler une larme sur ma joue. Je rentrais chez moi, claquant la porte au passage de rage. Je courus jusqu’à la chambre, attrapa une valise et commença à mettre mes fringues dedans. Fallait que j’prenne l’air.




Deux heures d’avion et voilà que je débarquais à Canberra. William y était depuis plusieurs semaines et ne devait en revenir que dans trois mois. S’il ne venait pas à moi, alors ce serait moi qui viendrais à lui. J’ignorais réellement mon intention en débarquant comme cela à l’improviste. Le visage de Sam résonnait encore dans mon esprit, et je pouvais toujours sentir la douce pression de ses lèvres sur les miennes. Le cœur battant, j’attrapais ma valise sur le tapis roulant. Je rallumais mon téléphone, prête à téléphoner à mon mari. A cette simple appellation, je sentis mon cœur se serrer. Combien de temps encore pourrais-je l’appeler comme cela ?
Cela faisait un mois et demi que j’avais quitté Auckland. J’avais rendu visite à mes parents à Te Kuiti, une petite ville à quelques heures de route de chez moi. J’y étais resté six semaines, réfléchissant à ce que ma vie était devenue. A ce que j’étais devenue. Je m’étais demandé si mes sentiments pour Will étaient toujours les mêmes. Toujours aussi forts ? Je n’en étais pas certaine. Je doutais de tout et de tout le monde. Et surtout de moi. J’avais alors décidé de me rendre à Canberra. William y était coincé encore pour longtemps, et je ne pourrais avoir de réponses à mes questions, apaiser mes doutes sans le voir face à face. J’avais envie d’être près de lui. J’avais besoin d’être à ses côtés pour comprendre, pour savoir où est-ce qu’on en était.

Mes pas me menèrent jusqu’au hall de l’aéroport. Il pleuvait dehors, et j’attendis qu’un taxi se pointe pour sortir. Je courus me mettre à l’abri, annonçant l’adresse de l’hôtel où mon mari logeait à chaque déplacement dans la capitale Australienne. J’arrivais à destination bien trop vite à mon goût. Mon cœur s’emballait alors que j’entrais dans l’hôtel et que la demoiselle à l’accueil m’indiquait le numéro de chambre de Mr Cartwright. 3ème étage, chambre 318… Etonnante coïncidence quand on savait qu’on habitait au 3ème étage, appartement 318 à Auckland. A moins que ce ne soit pas une coïncidence, et que William avait spécialement demandé cette chambre là. Je toquais, ma valise à roulette posée à côté de moi. J’étais nerveuse, espérant secrêtement qu’il ne soit pas encore rentré du travail. Que j’aurais le temps de prendre mes repères avant qu’il n’arrive mais… la porte de la chambre s’ouvrit, et c’est un William souriant et torse-nu qui apparu. « Emma ! Qu’est-ce que tu fais ici ? » me demanda-t-il, surpris. « Hé bien… j’avais envie de rendre une petite visite à mon cher et tendre époux… » Répondis-je avec un petit sourire, déçue qu’il ne me saute pas dessus comme j’aurais pu le faire. Il me fit entrer, déposant un bref baiser sur mes lèvres. « Je suis content de te voir mais… j’ai un dîner important ce soir… je ne peux pas le reporter… » Il semblait réellement désolé, et je le sentis comme nerveux, passant alors sa main derrière sa nuque. Je fronçais les sourcils, marmonnant un simple « Oh ». Nouvelle déception. Il fini enfin par prendre mon visage entre ses mains, et m’embrassa comme il l’avait toujours fait. « Mais dès que je rentre, je te promet que tu vas passer la soirée et la nuit la plus mémorable de toute ta vie, Madame Cartwright… » Je souris, soulagée d’entendre ces mots. Il relâcha son étreinte. Il fila jusqu’à une petite armoire où il avait entreposé ses vêtements, attrapa jean et une chemise qu’il enfila. Je l’observais du coin de l’œil, parcourant sa chambre du regard. « Tu restes combien de temps ? Je ne savais pas que tu avais pris quelques jours de congés » confia-t-il alors qu’il avait le visage masqué par le col de sa chemise blanche. J’avais pris l’opportunité de m’approcher de lui, passant mon doigt sur son ventre. « On aura l’occasion de parler de ça ce soir… » Répondis-je, évasive. Je ne lui avait pas dit avoir quitté Auckland depuis plus d’un mois. Je ne lui avais jamais confié mes doutes mais était bien décidée à aborder le sujet ce soir… A moins que je ne me défile.




Je m’étais défilée. Enfin, la première soirée. Car j’avais appris certaine chose le lendemain en flânant dans la chambre de William. Une petite culotte trouvée dans le bac à linge sale de la salle de bain ne m’avait pas vraiment plu. Elle m’avait même décroché une boule au cœur durant toute l’après-midi, attendant son retour. J’ignorais quoi faire. Est-ce que je pouvais lui en vouloir ? Est-ce que j’avais le droit de lui en vouloir de m’avoir trompé alors que je n’étais moi-même pas si blanche que ça ? Je ne pouvais m’empêcher de penser à Sam. Peut-être… peut-être que je n’aurais pas du le stopper la dernière fois. J’aurai du me laisser aller avec lui, écouter mon cœur qui me hurlait de rester dans ses bras… William ne semblait pas s’être gêné pour passer du bon temps avec une autre. Car une chose était sûre, cette petite culotte n’était pas à moi et ne l’avait jamais été. D’un geste dégouté, j’avais retiré ce sous-vêtement et l’avait déposé sur le lit. Il était revenu quelques heures plus tard. Il semblait heureux de me voir, heureux que je sois là, mais son regard se posa rapidement sur le lit et alors qu’il s’apprêtait à parler, sa voix de stoppa au fond de sa gorge. « J’ai trouvé ça… et j’ai même pas eu besoin de fouiller, Will… » J’avais les larmes aux yeux, non pas parce qu’il m’avait trompé, mais parce que je sentais que notre mariage ne tarderait pas à couler. « Je… » Je me levais et m’approchais de lui, soupirant. « T’étais loin… Tu me manquais… et j’avais… besoin de compagnie… » dit-il alors pour se défendre. Ses paroles me firent écarquiller les yeux, mon corps se raidis, mes muscles se bloquèrent. « Tu te fous de moi ?! » m’exclamais-je alors. Je sentais la colère monter en moi, mes joues s’empourprer. « Bébé… je suis désolé, je ne recommencerais plus. » Il tenta une approcha mais ma main s’abattit sur sa joue. « T’es désolé ? C’est toi qui part les trois quarts de l’année en voyage, c’est moi qui passe mon temps à t’attendre comme une gourde, pendant que toi, tu es en charmante compagnie ? » Ma voix s’emportait sans que je ne le veuille. Et lui, il ne se défendait même pas, restant là, planté comme un piquet au milieu de la chambre. Il me regardait, incapable de pronnoncer le moindre mot. Je me calmais , lui tournant le dos, allant jusqu’à la fenêtre et regarda quelques temps la rue peuplée de Canberra. « Je crois… je crois qu’il faudrait qu’on divorce, Will… Rien n’est plus pareil, je…. Je ne suis pas innocente non plus, je dois t’avouer… je suis moi aussi tombée sous le charme d’une autre personne et… » Je fis volte-face et m’asseyais sur le lit. « Je pensais pouvoir supporter tes absences, je me disais que le peu de temps où on serait ensemble pourrait combler ça, mais… Mais non… Je t’aime toujours, tu sais ? Mais je n’en peux plus de te voir partir tout le temps… Je n’en peux plus… Alors j’aimerais que tu fasses un choix… soit tu arrête ton boulot, tu restes avec moi à Auckland et on passe l’éponge sur tout ça, soit on arrête là. On va se faire du mal et ça ne servira strictement à rien. » Il ne répondit pas tout de suite, hésitant. Les secondes qui passaient me broyaient le cœur. Pourquoi mettait-il tant de temps à répondre ? La bonne réponse ne lui sautait donc pas aux yeux ? Deux semaines plus tard, je rentrais à Auckland. J’avais dans ma valise mes papiers de divorce. William avait choisi.



'Cause Mrs Savari is curious !

Si vous étiez sur une île déserte...
1. A qui penseriez-vous le plus souvent ? Je ne sais pas.... Paraît que faut être égoîste de temps en temps, alors j'imagine que je penserai d'abord à moi.
2. Quelle personne emmèneriez-vous avec vous ? Mon frère.
3. Quel porte bonheur emmeneriez-vous avec vous ? Je ne crois pas aux porte bonheur.
4. Combien de jours vous voyez-vous survivre ? Si je trouve à manger, je pourrais vivre longtemps, très longtemps... par contre, je me décomposerai en quelques jours.
5. Seriez-vous heureux/heureuse ? Je pense oui....
6. Seriez-vous en manque de calins/bisous ? Certainement.
7. Quelle serait votre occupation principale ? Chercher un trésor.
8. Qu'inventeriez-vous pour vous occuper ? Je construirais une cabane.
9. Quelle star inviteriez-vous pour passer une soirée ? Will Smith. Beau comme un Dieu.
10. Quel mot de passe faudrait-il donner pour pénétrer au sein de votre abri ? Hakuna Matata.

'Cause you are important too !

Pseudo : Marion / Feeniante
Comment avez-vous connu le forum ? : Par Gagou
Personnalité sur l'avatar : Hilarie Burton


Dernière édition par Emma L. Cartwright le Mar 26 Juil - 8:27, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: MANNY ► I eat chease, but only on pizza, please    Lun 25 Juil - 11:39

Bienvenue ! :love:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: MANNY ► I eat chease, but only on pizza, please    Lun 25 Juil - 12:14

Merci :heart:
Revenir en haut Aller en bas
avatar

POST : 399
A V A T A R : Crystal Reed
C O P Y R I G H T : lillix
A G E : 19 ans
M O O D : Good mood
E M P L O I : Etudiante


L'ascenseur émotif
C H E C K ' L I S T :
MessageSujet: Re: MANNY ► I eat chease, but only on pizza, please    Mar 26 Juil - 8:35

Bienvenue ! Sympa l'avatar, je n'avais encore jamais vu cette photo ! :)

Félicitation ! Vous êtes validé(e) !

Bienvenue sur PWH

Félicitation ! Si ce message vous apparait c'est que Mrs Savari a apprécié ce moment passé avec vous lors de votre entretien, et que vous correspondez au genre de locataire qu'elle souhaite voir dans son immeuble ! Cela signifie aussi que vous savez très bien dans quel contexte de vie vous vous embarquez, et qu'elle estime que vous avez bien lu le règlement de l'immeuble !

Désormais que vous avez donc été choisi pour emménager, nous vous informons que votre étage est bien SUGAR LOVE comme vous vous en doutiez. Dès lors que vous aurez les clés vous serez entièrement libre de faire ce que vous voulez, mais attention, Mrs Savari n'est jamais loin ;)

Une fois bien installé nous vous conseillons de vous rendre dans divers lieux, par exemple la chambre d'ami si jamais vous souhaitez que des personnes importantes à vos yeux vous rejoignent. Ou encore le couloir pour faire connaissance avec vos voisins et vous liez d'amitié ou encore prendre des petits rendez-vous... Mais si tout ceci ne vous dis rien, alors il vous reste toujours le salon commun de l'immeuble afin de discuter tous ensemble !

Sur ce, nous vous laissons visiter les lieux et faire ce que vous voulez ! Merci à vous de nous avoir rejoins, en espérant que cette vie en communauté vous soit plaisante ! Amusez vous bien !




    Mama, I’m in love with a criminal. And this type of love isn’t rational, it’s physical. Mama, please don’t cry, I will be alright. All reason aside, I just can’t deny, I love that guy
    .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

POST : 222
A V A T A R : Ian Somerhalder
C O P Y R I G H T : © Lillix
A G E : 25
M O O D : enfantine
E M P L O I : Prof d'Anglais


L'ascenseur émotif
C H E C K ' L I S T :
MessageSujet: Re: MANNY ► I eat chease, but only on pizza, please    Ven 29 Juil - 11:09

    Pfff William il est nul ! il craint du boudin ! Moi à sa place j'aurais choisi toi et non le boulot. Alalala je sais des hommes comme moi on en fait plus.

    Bon Darling il faut qu'on se trouve un lien bah oui je suis l'autre moitié de Sam *genre pas du tout fier* BIENVENUE ICI :excited:

    Il en a de la chance Sammy, 3 emma et moi toujours rien :cry:

    *va se suicider avec un yaourt périme*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chattahoochee.forumgratuit.org/
avatar

POST : 399
A V A T A R : Crystal Reed
C O P Y R I G H T : lillix
A G E : 19 ans
M O O D : Good mood
E M P L O I : Etudiante


L'ascenseur émotif
C H E C K ' L I S T :
MessageSujet: Re: MANNY ► I eat chease, but only on pizza, please    Ven 29 Juil - 11:11

Il faut que je surveille ton frigo... :gla:



    Mama, I’m in love with a criminal. And this type of love isn’t rational, it’s physical. Mama, please don’t cry, I will be alright. All reason aside, I just can’t deny, I love that guy
    .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

POST : 222
A V A T A R : Ian Somerhalder
C O P Y R I G H T : © Lillix
A G E : 25
M O O D : enfantine
E M P L O I : Prof d'Anglais


L'ascenseur émotif
C H E C K ' L I S T :
MessageSujet: Re: MANNY ► I eat chease, but only on pizza, please    Ven 29 Juil - 11:16

    Grave je suis capable de tout là ^^ non mais attend 3 Hilarie d'un coup =O alors qu'on la voit presque plus :cry: donne moi une corde x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chattahoochee.forumgratuit.org/
Invité
Invité


MessageSujet: Re: MANNY ► I eat chease, but only on pizza, please    Ven 29 Juil - 13:46

Sheldon T. Bing a écrit:
    Pfff William il est nul ! il craint du boudin ! Moi à sa place j'aurais choisi toi et non le boulot. Alalala je sais des hommes comme moi on en fait plus.

    Bon Darling il faut qu'on se trouve un lien bah oui je suis l'autre moitié de Sam *genre pas du tout fier* BIENVENUE ICI :excited:

    Il en a de la chance Sammy, 3 emma et moi toujours rien :cry:

    *va se suicider avec un yaourt périme*


MDRRR ha oui, je vois, Monssier et l'hômme parfait !! lol.
Pas de soucis pour le lien, avec grand plaisir même !

C'est vrai qu'il est chanceux le petit Sammy.. mais ne désespère pas, Alexis Bledel & Lucy Kate Hale, j'pense que tu vas avoir du succès aussi :) Pis ça vaut pas le coup de te suicider hein !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

POST : 222
A V A T A R : Ian Somerhalder
C O P Y R I G H T : © Lillix
A G E : 25
M O O D : enfantine
E M P L O I : Prof d'Anglais


L'ascenseur émotif
C H E C K ' L I S T :
MessageSujet: Re: MANNY ► I eat chease, but only on pizza, please    Ven 29 Juil - 18:47

:chock: mais le dit pas à tout l'monde après je vais avoir des groupies :charm:
Je me dois de garder une image d'homme intouchable, une réputation de sexe symbole :charm:

Si je désespères, j'compte programmer mon suicide pour dans deux jours et cinq heures avec mon yaourt à la fraise :rain: O monde si cruel :cry:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chattahoochee.forumgratuit.org/
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: MANNY ► I eat chease, but only on pizza, please    

Revenir en haut Aller en bas
 

MANNY ► I eat chease, but only on pizza, please

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» L'Age de Glace 2.
» debrief tournoi bolbec
» Clément & André: Le jour de la pizza(Sortie de 25)
» Rémi Gaillard
» pour les fan de dbz xD
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
P A S S W O R D :: H O A ! :: Présentations archivées-